Retour
Répondez maintenant et gagnez 5 points Solulaw
Isabelle GUENEZANIl y a quelques jours
Il y a quelques joursimage description

Indemnisation pour vol retardé

Il faut distinguer : 1- la prise en charge à l'aéroport par la compagnie aérienne (sous forme de prise en charge de repas, communications téléphoniques et hébergement si le vol ne part que le lendemain) ; prise en charge qui varie selon la durée du retard. Elle vous est due si le retard au départ d’un vol est de : - deux heures ou plus pour les vols de 1500 km ou moins, - trois heures ou plus pour les vols de plus de 1500 km jusqu’à 3500 km et tous les vols intracommunautaires de plus de 1500 kilomètres, - enfin, quatre heures ou plus pour les autres vols de plus de 3500 km. En conséquence, n'ayant subi "qu'une heure et demie" d'attente, vous n'étiez pas éligible à cette assistance immédiate de la compagnie aérienne. 2- l'indemnisation ultérieure, tenant compte de votre préjudice général. Elle est due lorsque vous atteignez votre destination finale avec plus de 3 heures de retard par rapport à l'horaire initialement annoncé par le transporteur. Elle s'organise de façon forfaitaire comme suit : - 250 € pour les trajets de 1500 kilomètres ou moins, - 400 € pour les distances inférieures à 3500 kilomètres et pour tous les vols intracommunautaires de plus de 1500 kilomètres, - 600 € enfin, pour toute distance au-delà de 3500 kilomètres. Cette indemnisation doit être monétaire et ne peut être remplacée par des bons de voyage ou autre avantage, qu'avec l'accord écrit du client. Surtout, le transporteur peut s'exonérer cette obligation en démontrant que le retard constitue un impondérable (cause extérieure) et qu'il l'a géré au mieux. Enfin, il est toujours possible d'aller au-delà de ces barèmes en établissant un ou plusieurs préjudices directs et personnels que ces forfaits ne suffisent pas à indemniser.